Mardi 21 janvier 2020, la première réunion de quartiers de la dynamique “Montreuil, l’écologie aux responsabilités!” s’est tenue dans le préau de l’école Daniel Renoult.

Après une ouverture en musique par la talentueuse Niama, de l’Association des femmes maliennes, Djamel Leghmizi a souhaité la bienvenue aux 120 participant·es, venu·es échanger et débattre des questionnements et difficultés vécus dans ces quartiers. Djamel a remercié Mireille Alphonse d’avoir choisi de démarrer les rencontres dans les différents quartiers de Montreuil par ces quartiers dont il est originaire et a rappelé que les quartiers qu’on appelle du Haut Montreuil sont une priorité et c’est bien normal car il s’agit de quartiers où les inégalités sociales sont les plus importantes. Et donc où les besoins sociaux sont les plus importants: besoins en matière d’emploi, de logement, de transports publics, de services publics, d’amélioration du cadre de vie, etc.

Des habitant·es ont pris la parole et se sont exprimé·es sur leurs préoccupations et inquiétudes: notamment concernant les transports, mais aussi l’état de délabrement des écoles, l’absence d’AVS malgré l’urgence de certaines situations, et les difficultés d’accès aux soins.

Avant de partager un moment convivial, Mireille Alphonse, a souhaité ses meilleurs vœux et a remercié l’ensemble des personnes présentes. L’occasion pour la tête de liste de partager sa lecture des enjeux des Ruffins et du Morillon:

“Nous savons combien les bouleversements en cours – je pense par exemple au chantier du tramway – ont des conséquences lourdes sur votre vie quotidienne. Nous savons qu’il reste beaucoup à faire pour améliorer la qualité de vie dans ce quartier et nous voulons le faire en vous exposant la réalité de la situation et en vous proposant de travailler ensemble.

Deuxième raison pour venir vous rencontrer en priorité : ma conviction, notre conviction, que les politiques publiques écologistes doivent prendre en compte ensemble l’urgence climatique et les injustices sociales. Ce sont les mêmes causes qui créent aujourd’hui les effets dont nous souffrons particulièrement dans des quartiers comme le Morillon ou les Ruffins. Depuis des décennies en effet, les politiques publiques accompagnent un développement économique tous azimuts qui fatigue les corps et les esprits, puis rejette au chômage toutes celles et tous ceux qui n’arrivent pas à suivre des impératifs de rentabilité insoutenables ou qui licencie les salarié·es parce que les usines ferment ici pour aller s’ouvrir dans les pays où la main d’œuvre est bon marché, parce qu’il n’y a aucune couverture sociale.

Ce même développement économique épuise nos ressources naturelles, pollue notre air, nos sols, notre eau, diffuse dans nos champs – et donc dans nos assiettes – des produits chimiques toxiques, responsables de nombreuses maladies. Ce faisant, il génère la 6ème grande extinction des espèces ! Finalement, le système qu’on continue de nous proposer exploite tout autant la nature que les humains, et abime tout autant notre environnement que notre santé, notre qualité de vie…et notamment celles de nos enfants et des futures générations ! Aujourd’hui, nous vivons toutes et tous au milieu des conséquences terribles de ce développement économique aveugle, prédateur, qui n’a que le profit de quelques-uns comme boussole. Et qui poursuit sa course folle vers toujours plus d’accumulations de richesses pour un petit nombre et toujours plus de difficultés pour la grande majorité.

Le quartier où nous nous trouvons cumule à lui seul beaucoup de difficultés. Nous savons que le taux de pauvreté est plus élevé ici que dans le Bas Montreuil : 33,3 % par rapport à 26 % en moyenne sur la ville ; nous savons que le nombre de jeunes de plus de 15 ans déscolarisés est très grave : + de 45 % ; ou encore que le nombre de personnes âgées ici est plus important que dans le reste de la ville. Autrement dit, les questions liées à la formation des jeunes, à l’accès à l’emploi, puis à la santé des seniors sont des sujets particulièrement importants ici, des sujets à prendre à bras le corps.”

 

 

Mais également l’occasion pour Mireille Alphonse de présenter la vision que porte et propose la dynamique “Montreuil, l’écologie aux responsabilités!”

“Nous, les écologistes, les démocrates, les citoyens engagés pour la cause animale, pour la solidarité entre voisins, nous pensons qu’il ne faut pas baisser les bras, et tout au contraire, que c’est le moment ou jamais de se mobiliser massivement. Que c’est le moment ou jamais de prendre collectivement notre destin en mains ! Pour deux raisons : il y a la question de la justice sociale. Nous ne pouvons plus tolérer les extrêmes injustices que nous voyons se déployer dans notre pays. Nous ne pouvons plus tolérer que les un.es s’enrichissent très vite pendant que les autres – et notamment les plus jeunes ou les plus vieux – s’appauvrissent d’année en année. Il nous faut mettre en œuvre des solutions ! Et il y a la question de l’urgence climatique. Tous les experts scientifiques le disent : nous avons 10 ans devant nous pour modifier nos modes de vie, si nous voulons rester en-dessous des 2° de réchauffement global de la planète. Or pour l’instant, notre civilisation et son mode de développement prépare plutôt un réchauffement global de 4°. Si nous voulons que la vie reste supportable dans nos quartiers, il va falloir agir, et vite ! […]

Vous l’aurez compris, si je suis là devant vous ce soir, avec mes futurs colistiers, si nous avons décidé de nous présenter à vos suffrages, c’est parce que nous voulons porter le message suivant : ensemble, nous pouvons faire changer durablement les choses. C’est même la seule façon de faire et c’est maintenant qu’il faut s’y mettre, sans plus tarder !
Vous avez vu, dans le tract que nous vous avons distribué ce que nous vous proposons de porter dans le mandat qui vient :

  • démultiplier le travail de rénovation thermique des logements ;
  • poursuivre la mobilisation en tant qu’élus pour obtenir le financement nécessaire à la dernière tranche de construction du tramway, des Murs à Pêches jusqu’à Fontenay ;
  • idem pour le renforcement du bus 122 : nous n’acceptons pas que ce bus soit toujours bondé et mette parfois plus de 15 minutes à arriver – alors qu’il faut réduire la place de la voiture en ville !
  • remettre en état le parking souterrain du Morillon ;
  • ouvrir les prochaines salles de Futsal et de Padel au centre Arthur Ash ;
  • faciliter les accès et les promenades vers le parc Montreau ;
  • réfléchir les continuités écologiques entre le parc Montreau et les Murs à Pêches.

Mais au-delà, je vous propose de mettre progressivement en place des projets qui vont réellement nous aider à transformer ce quartier. Et si je vous dis « je vous propose », c’est parce que je suis convaincue que les élus seuls ne pourront pas y parvenir, mais que les habitants seuls non plus : nous avons besoin de travailler ensemble.”

Certains axes prioritaires pour le quartiers ont émergé :

La propreté

“Nous voulons placer le début du prochain mandat sous le signe de la grande mobilisation pour faire de notre ville, une ville propre. Poursuivre le ramassage des déchets et le déménagement de la Déchetterie d’ici quelques mois. Développer les solutions de recyclerie (avec la Collecterie rue Saint-Antoine par exemple), développer les consignes pour les objets recyclables, sensibiliser les enfants à la réduction des déchets, lancer régulièrement des opérations de nettoyage…”

La santé

“Nous ne pouvons pas laisser les plus jeunes, les mamans, les plus âgés, les travailleurs fatigués… continuer à vivre ici avec si peu de solutions pour se soigner. Pour environ 12 000 habitants, il n’y a au centre Daniel Renoult que 4 médecins généralistes et 4 infirmières. C’est évidemment bien trop peu. Nous voulons poser les bases d’un prochain espace de santé communautaire, comme il existe à Saint-Denis, ou bientôt au Pré-Saint-Gervais, où les personnes malades pourront venir se soigner près de chez elles, mais aussi, où les personnes
valides pourront venir prendre les bons conseils pour lutter contre l’obésité, contre le diabète ou la grippe, par exemple.”

Les transports

“Nous allons faire notre travail pour assurer que le financement de la prolongation du tramway T1 soit bien inscrit dans le contrat de plan État Région. Mais ma conception de la responsabilité en politique est celle-ci : nous n’avons pas le droit de vous mentir : le tramway T1 n’arrivera pas ici en 2022 !
Parce que même si les financements sont débloqués, même si les études démarrent d’ici quelques mois, ce dernier tronçon pour rejoindre le RER à Fontenay sera un chantier long et compliqué : il devra enjamber l’autoroute A86. Nous allons donc devoir mettre en place une solution alternative, provisoire, pour que toutes les familles qui habitent au bas des Morillons, au bas de la rue de la Côte du Nord ou des Ruffins, puissent accéder plus haut à la station du tram, ou à l’arrêt de bus du boulevard Théophile Sueur, sans être obligées de prendre leurs voitures.”

L’emploi et la formation

“Devant le manque d’emplois, beaucoup de jeunes créent leurs propres petites entreprises. Et découvrent la réalité de la trésorerie qui ne rentre pas sur les comptes en banque à temps, le casse-tête des régimes sociaux des indépendants, les difficultés pour trouver en permanence des clients. Nous voulons ouvrir au cœur du quartier une permanence économique, avec Est Ensemble, pour toutes celles et tous ceux qui se lancent dans cette aventure économique, qui peut être enthousiasmante si l’on n’est pas seul.

Parallèlement, nous allons travailler avec les services de l’Éducation Nationale pour créer de nouvelles filières professionnelles, liées à la transition énergétique, pour aider les jeunes à s’orienter vers des métiers durables et non délocalisables.”

La seule façon d’y arriver sera de mettre toutes les personnes concernées autour de la table et de discuter ensemble afin de s’accorder sur la situation initiale, et de construire les projets correspondant exactement aux besoins qui auront été évalués.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *